Stephane Aubry

AUBRY Steph,

                    Lignes de Basse à Haute Tension

Que dire de cet olibrius?

Il fait croire qu’il est un « artiste »…   la bonne blague!

Tel un joueur de poker qui a rarement du jeu, mais toujours du cran, il a, on ne sait comment, réussi à s’immiscer dans un groupe de pop-rock rouennais, MISTER MOONLIGHT, avec qui il a tourné de 1989 à 1992 pour quelques 150 dates et 2 albums. Comment ? Sur un coup de bluff, en séduisant les membres du groupe plutôt que de miser sur ses maigres talents d’instrumentiste, une honte vous dis-je!

La preuve, suite à cette aventure, il cesse toute activité musicale; le remords, direz-vous, un retour à la raison? Voyons cela.

Il se retire en Lozère, et se consacre à la reproduction, la vie sauvage et la « maçonnerie de cueillette » (il bâtit avec ce qu’il trouve autour de lui). Mais au bout de quelques années, le glissement s’est produit; il fait le clown, le cakou au quotidien au sein de sa petite famille (il persiste dans la reproduction…), avec ses amis, devant un quidam, au supermarché, chez sa boulangère, aux rendez-vous Pôle Emploi, même devant son âne, bref, il saoule tout le monde !!

Conscient d’exposer sa vie privée à un désastre, il décide d’aller partager cette belle énergie avec le reste du monde plutôt que de faire ch… son entourage.

Depuis, après un opéra légumier, un groupe de country, « MESCLADE » un groupe de grave-rock (c’est un style de musique que vous pouvez pas comprendre…), une bande son pour spectacle de marionnettes, un duo trop marrant de chanson-swing-nawak (« GLOP GLOP »), un collectif funk touffe power (« FUNKY’S TEUF »), le voici qui intègre « BAS LES PATTES! » en 2003.

Dès lors, c’est un pur bonheur; il joue presque correctement de la basse, s’habille n’importe comment pour faire son intéressant, met le feu aux planchers avec ses camarades du groupe, fout enfin la paix à son entourage (sauf aux rendez-vous Pôle Emploi), n’abuse presque plus du micro et continue de se reproduire.

On peut le dire sans détour, ce gars n’est pas un musicien, non; c’est un enthousiaste, volontaire et sympathique, qui amène son énergie lors des concerts, et qui intègre son jeu de basse avec à-propos dans les compositions du groupe.

En conclusion,citons notre énergumène:

« Je suis du signe de l’autodidacte commun, ascendant prise de risque, spécialiste en rien, amateur en tout ; c’est enthousiaste que j’aborde la scène parce que c’est ma chambre à coucher, c’est sans complexes que je joue de mon instrument (même si beaucoup en jouent mieux que moi), parce qu’il me permet de prendre du plaisir et d’en donner.

Avec Bas les Pattes !, il a fallu batailler pour parvenir à cette notion de plaisir collectif, et gageons que, professionnalisation ou pas, cette belle histoire continue encore longtemps. »