Janvier 2006 : Une résidence de création pour le premier disque …

Cette résidence est consacrée à la création de nouveaux morceaux, pour enrichir le contenu de notre futur et espéré premier CD.

Le jour du départ, toute la Lozère est sous la neige. Première hésitation : remet-on à demain ? Le départ se fait quand même.

Voici notre lieu de travail : le théâtre de l’Arentelle.

Un vrai lieu de résistance de la culture en milieu rural. Bruno et Geneviève Hallauer l’ont créé il y a 20 ans et y accueillent depuis des résidences et des spectacles sous couvert de la compagnie « L’Hermine de rien ».

Charmant endroit en pierre et bois, dans lequel on s’est sentis bien tout de suite

.

En direct de la création d’une cochinchine. Trois dansent, deux improvisent, avec ou sans instrument. L’enregistreur tourne en permanence… toutes les 5 minutes on change les rôles. On réécoute le tout et on choisit les meilleurs moments pour jeter les bases du morceau.
Entre le lieu de travail et le « moulin » où on dort, 1 km de glissades, notre seul sport quotidien. Il faut bien griller les nombreuses calories apportées par les copieux repas de terroir que nous prépare Céline.

Malgré cette marche quotidienne, Steph a pris 2 kilos !


Bilan : 7 nouveaux morceaux à différents stades d’achèvement : Vers une nouvelle vie (un « 10 temps » avec une danse qui reste à inventer), hora, valse des brebis, cochinchine, two step, polka valentino, maraîchine. En contrepartie de ce moment de travail, Bas les pattes reviendra à l’Arentelle à l’automne 2006 pour présenter la version finale de son nouveau concert-bal.