2007 : Histoire du premier disque …

Le premier CD de Bas les Pattes ? On y a travaillé activement durant tout 2006 et une partie de 2007 :

• En janvier 2006, on a crée une partie de la musique, à l’occasion d’une résidence à l’Arentelle dans le nord-Lozère. Dans le CD il était prévu qu’il y ait aussi des morceaux avec lesquels on a déjà fait un bout de chemin, mais on se réservait de voir lesquels une fois les prises de son effectuées.
• Entre février et avril, on l’a travaillée, on l’a jouée, on l’a répétée, cette musique, pour qu’elle soit pleine, maîtrisée, rodée, péchue, fine et délicate, rugueuse, violente, douce…  Ca s’est notamment fait à Saint Martin de Lansuscle en  Avril 2006, et quelques concerts par-ci par là.
• En avril, on l’a enregistrée, cette musique, lors de 3 concerts donnés dans le cadre du printemps de l’accordéon, à Saint Martin de Lansuscle, Pied de Bornes et Aumont Aubrac. Nous avions en effet prévu ce CD  en live, car il nous semblait impossible d’imaginer autre chose pour notre musique, qui a besoin de l’énergie d’un public qui bouge. Les ambiances ont été très différentes lors des 3 concerts de prise de son, le rendu musical aussi. Saint Martin était bourré de monde, grosse ambiance… mais on était tellement excités et sous pression qu’on est restés très brouillons. A pied de Borne il n’y avait presque personne, il a été difficile de se mettre dans l’énergie? A Aumont-Aubrac, c’était un compromis : pas trop de monde, mais des gens motivés pour danser, un peu plus d’expérience pour nous à la 3ème prise. Résultat : presque tous les morceaux du CD y ont été enregistrés.
• A l’Automne 2006, on l ‘a mixée (studio VoxRapido de Jeff Saboy à Montpellier), puis masterisée (par Jean Seb Gratas himself, membre de Bas les Pattes), cette musique, pour qu’elle soit équilibrée, harmonieuse, agréable à l’appareil auditif… Ca a nécessité de nombreuses versions successives, pour atteindre une sorte d’équilibre qui nous convienne tous.
• Dans l’hiver 2006, on a travaillé à la jaquette (textes, visuels…). Ca a duré très, très longtemps. Il a fallu d’abord se mettre d’accord sur le fait qu’il fallait un livret, ce qui n’avait rien d’évident. Puis sur le fait qu’on allait y écrire des choses personnelles. Puis la copine graphiste a commencé à travailler, et il a fallu d’innombrables allers-retours pour qu’on arrive à se mettre d’accord tous ensemble. Un vrai village gaulois.
• Et en février 2007… on l’a gravée, cette musique, et on a sorti le CD. Et surprise : les retours ont été… bons ! Hé oui. Le temps qu’on a pris semble avoir payé.
Bruno Rey, l’ingénieur du son, au travail de préparation de l’enregistrement du concert de Saint Martin de Lansuscle.

 

Pour ceux que ces questions là intéressent, sachez que ce CD a coûté les sommes suivantes :

• Prise de son : 1000 € (un cadeau !)
• Mixage : 1200 € (un cadeau !)
• Mastering : 800 €
• Droits SACEM : 600 €
• Pressage à 1000 exemplaires : 1800 €
• TOTAL : 5400 €, sans compter les coûts des résidences de travail, les petits frais, etc…

Plusieurs dossiers de demandes de subvention ont été faits (région, département, DRAC, SACEM, etc…), mais presque aucun n’a abouti. L’ADDA-Scènes croisées de Lozère à apporté 2000 euros, le conseil général 500, et cosmocom, une entreprise bretonne, 500 €. Heureusement, 140 personnes ont souscrit pour 220 CD à 10 euros, ce qui a permis de limiter la casse financière.

Le trou restant a été progressivement bouché par une méga fiesta de soutien mémorable au Pont de Montvert en mars 2007, et la vente de disque.